Étiquettes

, , , ,

La critique de Lili MLire :

C1 Dans les Veines def 300dpiLily et Violaine en mal de sensations, décident un soir d’aller s’encanailler au Bathory dernière boite à la mode.Mineures, elles s’y rendent en cachette de leurs parents, car Bordeaux est en proie à une vague d’assassinats et l’inspecteur chargé de l’enquête n’est autre que le père de Lily.Elles y feront la rencontre de bien troublants personnages

Je ne sais même pas par quel bout je vais prendre ce billet à part whaooouuu…
J’entre donc tout de suite dans le vif du sujet en parlant de la plume de l’auteur.J’ai été complètement bluffée.Son style est très visuel, et, j’ai eu l’impression d’être dans un film pendant tout le bouquin mais un film gore hein,. On a aucun temps mort.
Même les passages un peu moins speeds entre Lily et Damian, je me suis demandé si, celui-là n’allait pas lui sauter à la gorge.

Le bandeau sur la 4ème de couv’ nous proclame que les gentils vampires ça n’existe pas et Morgane Caussarieu leur restitue leur nature première de prédateurs avec une soif inextinguible d’hémoglobine, ils sont égoistes, cruels et manipulateurs et, pourtant le tour de force de l’auteur c’est de nous les rendre d’autant plus fascinants, vrai, je ne pouvais m’empêcher de vouloir en savoir plus, sur leur relations entre eux, et  surtout de voir jusqu’ou ils pouvaient aller.C’était même limite dérangeant en tant que lecteur cet attrait .

L’auteur pulvérise les codes et elle va jusqu’au bout .
La sensualité se décline ici en mode gore, elle s’accompagne ou est suivie instantanément de douleur.
Je vous assure qu’ici c’est pas glam du tout d’être mordue ou de devenir vampire.Les cicatrices sont moches et béantes .

D’aucuns pourraient lui reprocher d’en faire trop, car avec cette famille vampirique, on pénètre aussi dans un monde marginal de gens évoluant aux confins de notre normalité, elle nous emberlificote dans cette atmosphère glauque , mais bon sang, ça fonctionne , on a du mal à s’en extirper Ce livre exsude le soufre par toutes les pages.

Que dire des personnages? Ils sont tous ambigus, voire même pourris, aucun n’est innocent excepté peut être Lily, qui n’est ni plus ni moins qu’instrumentalisée par des gens censés tenir à elle.

Il y a finalement peu d’espoir dans ce livre c’est une ambiance sans concessions qui rappelle assez le slogan no futur des punks de la première heure auxquelles l’auteur fait allusion à plusieurs reprises.

Mention spéciale à Gabriel, celui qui m’a le plus interpellée et destabilisée dès le début, lisez et vous saurez .

C’est un voyage intense que nous propose Morgane Caussarieu , mais pas une gentille ballade, non, plutôt une cavale effrénée en mode hallucinée dans un monde violent.
Avec des sujets comme l’inceste,  la pédophilie , les meurtres, ce livre est à déconseiller complètement aux plus jeunes et aux âmes sensibles, il peut vraiment choquer

Délibérément, , j’ai choisi de rester vague sur l’histoire et les personnages par peur de trop en dévoiler et de gâcher le plaisir de la découverte.

Et moi, là, tout de suite, je ressors à peine de cette ambiance survoltée et de cet univers extrême, j’ai été bousculée , dérangée , mais surtout captivée par cet auteure dont c’est le premier roman et qu’elle maitrise complètement du prologue jusqu’aux toutes dernières pages J’ai pris une véritable gifle, et j’ai adoré, voilà …

Advertisements