logo-300x90

Pour lire la critique sur le site de Mythologica.net, c’est ici

Morgane Caussarieu est une nouvelle venue dans les littératures de l’imaginaire françaises grâce à son premier roman, Dans les veines, véritable coup de poing littéraire à la bit-lit actuelle. Car oui, il s’agit d’une histoire de vampires mais sans commune mesure avec Twilight, Anita Blake, ou d’autres séries bien connues du public féminin. Ce roman sent le sang, le stupre, le dérangeant. Et cela ne fut pas pour me déplaire.

La couverture de Bastien Lecouffe-Deharme est à l’égal de l’ensemble de son œuvre ces dernières années : magnifique. Tranchant avec ce qui se fait actuellement en matière de romans vampiriques (mise en avant d’une héroïne dans une pose sexy voire suggestive, accompagnée ou non d’un beau jeune homme ténébreux), il parvient à saisir l’essence même de l’œuvre de Morgane Caussarieu dans ce qu’elle a de plus sombre, de plus inquiétant… La quatrième de couverture est elle aussi très réussie et donne une bonne idée de ce que le lecteur trouvera dans ces pages.

La canicule enflamme les nuits bordelaises. Une bande de camés dévaste un supermarché. Et tandis que l’on repêche des cadavres exsangues dans la Garonne, des filles perdues poussent leur dernier soupir sur le son du Bathory, nouveau repaire de la faune nocturne. Chargé d’enquêter sur ces événements, le lieutenant Baron suit la trace de tueurs dégénérés avides de sexe, de drogue et de rock’n’roll, bien décidés à saigner la cité girondine.
Vampires… Le mot, absurde, échauffe les esprits, sans que personne n’ose encore le prononcer.
Et alors que l’investigation piétine, Lily, la propre fille de Baron, s’entiche de l’inquiétant Damian, pensant trouver dans cette passion toxique un remède à son mal-être.

La mention « pour public averti » sur la couverture n’est pas anodine tant l’auteure va plonger dans l’horreur, dans un langage vivant proche du lecteur.

Au fil des pages, le lecteur va découvrir une galerie de personnages tous plus passionnants les uns que les autres. Qu’il s’agisse de Damian, de Lily, de Brune, de J.F. et Seïko,… La liste pourrait être d’une longueur impressionnante tant aucun des protagonistes de ce roman ne m’a semblé pâle ou manquant de profondeur. En terme de création de personnages et de mise en œuvre de ceux-ci au cours de son récit, Morgane Caussarieu ne commet aucune fausse note.

Son récit justement est particulièrement impressionnant de complexité. Après un début où le lecteur découvre différents personnages, ne sachant pas lesquels il va suivre dans le roman, certaines lignes directrices se dégagent, certains personnages se démarquent et l’ensemble prend son envol. Le début semble hésitant, mais le lecteur comprend vite que rien n’a été laissé au hasard par l’auteure qui maîtrise parfaitement ses ficelles scénaristiques. De bout en bout, rien n’est laissé au hasard et l’enquête, l’histoire entre Damian et Lily, sont autant de fils rouges que l’auteure nous invite à suivre avec ravissement. Le final, étourdissant, prendra le lecteur aux tripes.

D’un point de vue stylistique, je n’ai rien trouvé à redire non plus. Les champs lexicaux employés sont adaptés aux différents personnages, variant du langage jeune de Lily à celui plus guindé de Damian avant de passer au côté plus grunge de J.F. Au fil des pages, les styles évoluent et le lecteur ne s’ennuie pas, s’immerge dans les univers différents des personnages par le biais de leurs histoires, de leur passé et de leur présent.

Dans les veines ne m’a pas semblé, au cours de sa lecture, être un premier roman tant Morgane Caussarieu a totalement géré son récit, son style et ses personnages de bout en bout. Aucune fausse note, un ensemble d’une cohérence impressionnante, bref cette auteure, si elle confirme cette première impression par un second roman, s’installera rapidement comme une des plumes montantes du fantastique français. Digne héritière de Poppy Z Brite, il s’agit là d’un roman qui devrait lui valoir un beau succès à mon avis…

Dans les veines
Morgane Caussarieu
Couverture de Bastien Lecouffe-Deharme
Mnémos

19,50 €

Publicités