Mots-clefs

, , , , , , , ,

9102_aj_m_3256De la chair fraiche pour les vampirophiles !
Tout juste sorti en Mars en librairie et publié par les Editions du Chat Noir, voici Even Dead Things Feel your Love, du jeune auteur français Mathieu Guibé. C’est l’histoire d’un amour impossible, celui de Josiah Scarcewillow, noble anglais désabusé et vampire centenaire, qui retrouve une étincelle d’humanité en rencontrant la douce Abigale, capable de « faire ressentir son amour même aux choses mortes » – référence à un morceau de Petter Carlsen.
Josiah, lord cynique et égoïste, monstre sous un verni de bonne manière, ramène à ces héros byroniens ; un peu comme un Ruthven avec un cœur, qui nous conterait ses (mes)aventures à la première personne (et sans magnétophone pour enregistrer la confession !). Adepte de l’amour courtois, tout en courbette et en retenu, c’est un vampire romantique, oui, mais pas végétarien ; je vous rassure, le bouquin contient le lot de tueries sanguinolentes qu’on peut se permettre d’exiger de la littérature aux longues dents…

Porté par une langue précieuse, rétro et très « goth », le décor victorien est planté solidement, entre exposition universelle, mariages arrangés, bal mondain où les convenances gouvernent, et humour pince sans rire. Une première partie assez légère et colorée donc, mais le ton s’assombrit dans la seconde.
On passe au romantisme noir, très noir. Très triste aussi. Mathieu Guibé se révèle bien cruel avec son personnage et nous offre une réflexion profonde sur le deuil : d’abord la non-acceptation de l’absence, la fuite en avant… ce qui pour un vampire équivaut à plonger dans un bain de sang, à devenir un démon pour oublier la douleur ; l’auteur en profite pour livrer aux amateurs de série B (j’en suis) une scène gore très ingénieuse et osée impliquant une mâchoire humaine disloquée… je ne vous en dirai pas plus. L’ambiance n’est plus aux mondains, mais plutôt aux cimetières, aux revenants et aux sorcières roumaines.
Josiah poursuit alors le spectre de sa bien-aimé jusqu’à la retrouver à notre époque. Mais comment construire une relation avec un fantôme, comment aimer et serrer dans ses bras l’immatériel ?

Classique et surprenant à la fois, Even Dead Things Feels your love est un beau récit gothique, dans son romantisme comme dans sa noirceur, qui ne devrait pas contenter que les midinettes…

 

Publicités