Étiquettes

, , , , , , , , , ,

cvt_Tourville_510Alex Jestaire, je l’ai découvert avec Tourville, roman épais suivant les mésaventures de Jean-Louis, enquêteur du dimanche psychotique retourné dans sa ville natale pour résoudre le mystère de la disparition d’un ami d’enfance. Jean-Louis, adepte des scènes raves et narrateur pas très fiable à la mémoire défaillante, m’avait séduit par ses logorrhées puissantes qu’il déblatérait à tout va, et qui imprimaient au roman un style complétement osé, voir carrément frappadingue. L’écriture de Jestaire, indéfinissable, m’avait séduite. Ça sonnait vrai. Et en plus ça sonnait nouveau tout en étant ancré dans son époque. Pour moi, Tourville était le roman de la génération 90/2000. Ni plus ni moins.

C’est donc avec impatience que j’attendais ce salon du livre pour me procurer la série des contes du soleil noir, toujours au Diable Vauvert. Je n’ai pas été déçue, je les ai dévoré en 5 jours, un jour pour chaque volume. Là encore, la patte nineties reste. C’est un peu comme si on se trouvait dans un format X-Files, avec des épisodes autonomes, et des épisodes complots. Ou dans Les contes de la crypte, puisque chaque conte est narré non par un squelette marrant, mais par un Geek marrant, qui s’adresse au lecteur, l’interpelle, l’invite à boire l’apéro et se caler sur le canap, les pieds sur la table basse. Chaque « épisode » est précédé d’un mini-générique, type le Chaméléon. Vous vous rappelez sûrement du fameux :« Il existe des caméléons parmi nous, etc… » Moi je pourrais vous le réciter. On avait aussi le même genre avec Le Clown, The Crow, et même dans les premières saisons de Buffy. Dans ce générique stylé, Jestaire explique qui est le Geek, un hacker mystérieux et un peu cramé, un vigilante derrière son écran, qui traque et collecte de manière obsessionnelle les dossiers d’affaires étranges s’inscrivant dans un complot plus vaste. Ensuite, même si ça se trouve après, on a toujours une séquence choc de pré-générique, pour poser le contexte et appâter, puis le titre du bouquin apparaît, comme résonnait les musiques d’X-Files ou de Buffy. J’ai vu sur la toile qu’on a beaucoup comparé les Contes du Soleil Noir à Black Mirror. J’ai pas bien compris pourquoi. Oui, on est dans l’horreur sociale, dans le futur proche, un brin technologique, mais franchement, ça s’arrête là. En vrai, les contes sont mieux que Black Mirror, si vous voulez mon avis. Et si ça s’inspire du format série des nineties, ça se veut plus intélligent (et ça l’est) . En gros, c’est le moment où des parcours de vie normale déraillent, que le fantastique surgit dans le quotidien, et où tout s’effondre comme un château de carte vers le surnaturel. Oui, Jestaire nous offre un miroir noir sur notre monde, de la Belgique, à l’Inde en passant par Londres et le Mali, mais un black mirror encore plus ténébreux et percutant que celui de la série, et toutes les couches de la société y passent, du clodo à la crème de la crème. Chaque conte laisse une fin ouverte, une impression de malaise indéfinissable, et lentement, se tissent des liens entre chacun. Ce qui frappe, c’est la justesse du récit à chaque fois, la façon dont il contruit ses archétypes, sans jamais être dans le cliché. Un peu comme si on se demandait quel pouvoir effrayant cache le monsieur tout le monde dans l’appart d’en face, ou ce mec que je vois souvent à la télé ou dans les tabloids. C’est une société pourrie que décrit Jestaire, les prémices de la fin du monde amorcée par l’effondrement du capitalisme et de la finance, en empruntant quelques codes aux films d’horreurs et de super-héros, mais tout cela reste réaliste, quoique utra-référencé. Et souvent très drôle. Enfin, si on aime ce genre d’humour.

Crash-125x190Le premier Volume, ça s’appelle Crash, hommage explicite à Ballard et Cronenberg. En effet il y a beaucoup de Ballard chez Jestaire, et c’est plus à lui qu’à Black Mirror que j’ai pensé en le lisant. Cronenberg aussi, car ouais, les corps sont malmenés, et parfois difforme. Crash c’est l’histoire de Malika, une pauvre meuf qu’a pas eu de pot toute sa vie, une petite rebeu promise à de grandes choses qui se retrouve femme de ménage divorcée avec un gamin à nourrir. Ça s’arrange pas après son accident de voiture, elle se retrouve en légume, avec seule fenêtre sur le monde la télévision. Absorbée littéralement par l’écran, par le flux des informations, elle voyagera sur les ondes et se matérialisera sur les lieux de toutes les catastrophes naturelles et actes terrotistes qui méneront le monde à sa perte. Et Geek répertoriera toutes ses apparitions enregistrées sur les lieux des drames, comme une gigantesque partie de « Où est Charlie ? ». Toujours, il y a Malika, quelque part. Crash est le volet le plus glauque et déprimant des contes, une critique des médias catastrophistes matinée de misère sociale, il n’y a presque aucune trace de l’humour noir et absurde qui caractérise d’habitude l’écriture de Jestaire. Je ne conseillerai donc pas de commencer par celui-là, si vous ne voulez en lire qu’un ou que vous êtes des petites natures.

Arbre-127x190Le deuxième volume, Arbre, est certainement le plus violent. On y découvre ce qu’est le Soleil Noir, donc peut-être est-ce une bonne porte d’entrée vers l’univers Jestairien. L’héroïne est une jolie connasse, accessoirement journaliste, née en Inde à l’endroit où pousse un arbre inversé et se lève le soleil noir ; Pourrie jusqu’à la moelle, elle se sert de son pouvoir, un don d’hypnose, pour récolter des informations auprès de la jeunesse dorée londonienne et faire éclater des scandales. Malheureusement, elle se fera prendre à son propre jeu : dans les hautes sphères, ils sont plusieurs à aussi posséder le don, et ils sont encore plus monstrueux et sans scrupules qu’elle. La fin du roman s’articule autour d’une scène de viol particulièrement vicieuse.

51VzNBnegAL._SX195_-125x190Le troisième volume, Invisible, est celui qui m’a le plus rappelé Tourville, car on y suit un personnage un peu dans le style de Jean-Louis. Joffrey est un jeune type à la jeunesse bafouée, un clochard total branque, qui à force d’être ignoré, se retrouve véritablement invisible aux yeux des gens. La métaphore devient réalité. Loin de s’en affoler, il en profite pour faire des blagues, jouer des tours aux gens, voler dans les supermarchés, boire dans les verres dans les bars, et peloter des femmes, voire carrément les violer. Mais il se rend compte qu’avoir des pouvoirs, quand on est tout seul, ce n’est pas si drôle finalement. Malgré le sujet tragique, c’est le plus fun des contes, et c’est surement dans celui-là que Jestaire déploie le plus son originalité d’écriture. Et si ça vous a plu, je ne vous conseille que d’enchaîner sur Tourville.

COUV-JESTAIRE-Audit-PL1SITE-127x190Audit, le quatrième volume, est certainement mon conte préféré. On y suit 5 membres d’une firme mystérieuse de consulting chargé de virer en douceur le petit personnel lors du rachat d’une boite. Tous ont « le soleil noir dans la bouche » le don d’hypnose, ou quelque chose d’encore plus sombre. Genre les X-men version malsaine et mesquine. Et chez les X-mens, il y a les boss et les stagiaires, et même les stagiaires sont des enculés de première. Audit reflète bien l’absurdité du monde du travail, et les rouages du capitalisme et ses dérives. C’est aussi intéressant de découvrir la hiérarchie compliquée chez les élus qui possèdent le don du soleil noir. Niveau style et construction du récit, je crois qu’il est encore plus dément que les autres, et je ne peux que vous encourager à, si vous voulez n’en lire qu’un, lire celui-là.

téléchargement-1-126x190J’ai aussi adoré Esclave, pas si éloigné des univers de Ketchum (avec la femme sauvage séquestrée de « The Woman ») ou de Clive Barker. Le chapitre pré-générique pose le délire : on y suit une milice au Mali qui alors qu’ils se tapent une prostituée étrange sous la coupe d’un marabout, sont décimés par des militaires français qui capturent la créature. Elle s’avère être une goule, gueule de cauchemar mais corps de rêve, et elle est vendue à un ministre avec le « soleil noir dans la bouche ». Ce conte est assez surprenant, on s’attendrait à ce que la goule soit la méchante, ou se venge, mais non, elle restera une victime et une esclave prostituée jusqu’à la fin, une femme objet. Ça parle du rapport de domination, de la condition féminine bafouée, des coulisses du pouvoir, avec sociétés secrètes sado-maso à l’appui. C’est le conte le plus traumatisant, le plus visuel, et le plus clairement horrifique, puisqu’on a là une vraie figure monstrueuse, et des scènes érotiques bien tordues.

Bref, lisez les contes du Soleil Noir d’Alex Jestaire et prenez-vous dans la gueule un avant-goût d’apocalypse.

Publicités